CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Baignade sous le Couchant...

Aller en bas 
AuteurMessage
Rexia

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/12/2010
Age : 27
Localisation : Là où me le vent guide mes ailes.

Feuille de personnage
Race :: Dragonne européenne rouge.
Nombre moyen de lignes:
Âge du perso :: 250 printemps.

MessageSujet: Baignade sous le Couchant...    Dim 19 Déc - 7:30

    La journée avait été absolument magnifique, dans le monde mystique et ancien, emplis de secrets et de mystères, qu'était le pays de Hizikan, et le soleil commençait lentement à décliner, après avoir terminée sa longue course céleste quotidienne à travers les cieux d'azur où il régnait en compagnie des oiseaux, disparaissant petit à petit derrière les montagnes de l'Ouest qui masquaient la ligne d'horizon, la lumière de ses rayons dorés et chauds baissant à chaque instant. Bientôt, alors que la grande boule de feu se serait totalement couchée dans son nid de l'infinie, elle laissera leur place légitime à une multitude de magnifiques étoiles, réunies en constellations, qui observeraient les mortels depuis leur perchoirs sombres et sembleraient rires de simplicité, de leur taille ridicule comparé au reste de l'univers. Et le monde serait alors dominé par l'oeil géant d'une pleine-lune aussi ronde et brillante que le cratère d'un volcan. Déjà, les animaux qui vivaient durant les temps de lumière couraient chacun de leur coté, regagnant leur terrier, leur nid, leur caverne, ou tout simplement se cherchant un abri confortable et sûr pour passer la nuit, afin de replonger dans le monde de leurs songes, un monde qui n'appartenait qu'à eux-seul, et qui était le plus souvent merveilleux, un monde où absolument tout ce qu'ils désiraient pouvaient leur arriver, ou alors, au contraire, où il pouvait leur arriver les pires mésaventures à travers leurs cauchemars. Au même moment, bien qu'on ne puisse pas encore les observer, les autres petites bêtes qui elles, n'appréciaient pas les rayons chauds et aveuglants du soleil, et préférés ceux plus frais de sa soeur d'argent, commençait doucement à passer les portes de leur propre monde du sommeil, car ils savaient que bientôt, ils pourraient reprendre ceux qu'ils appelaient leur propre "quotidien", un quotidien fait de rencontres, de combats, de chasses,... d'amour. Cependant, malgré l'heure qui commençait tout doucement, mais surement, à se faire tardive, toutes les créatures qui dormaient durant la période nocturne du monde fantastique à travers lequel nous vivions n'étaient pas encore décidés à se laisser emporter par le marchant de sable, ils n'étaient pas encore décidé à regagner le lit et à demander à leur univers conçu par leurs rêves de leur ouvrir sa porte. Si on faisait un petit tour en direction des eaux claires et cristallines du lac des Mystères, par exemple, il était possible de voir la preuve de ce que j'avançait...
    Rexia, une jeune et majestueuse dragonne solitaire, aux écailles aussi rouges et resplendissantes que des rubis, faisait partie de ceux qui n'était pas du tout fatiguée, bien qu'elle soit une dragonne diurne, et pour tuer le temps, elle s'était d'ailleurs faite un petit plongeon dans le fameux lac auprès duquel elle avait élue domicile. Ça faisait environ une bonne trentaine de minutes qu'elle s'était submergeait, et qu'elle sprintait entre les algues et les rochers que le contact du milieu aquatique et des courant avait au fil des années remodelé pour leurs donner des formes rigolote, mais auxquelles il valait mieux éviter de trop se frotter, car elles pouvaient êtres parfois tranchantes et assez dangereuse. Non, ne vous inquiétait pas, si vous songiez à ça : elle ne manquait absolument pas de souffle et ne risquait pas de se noyer. Il ne fallait pas oublier que les lézards géants cracheurs de feu de sa race restaient malgré tout des reptiles, et de ce fait, ils étaient capables de retenir leur souffle assez longtemps, que ce soit à l'air libre comme en milieu marin. Ses écailles étaient doucement caressaient par les flots et son sang reptillien protestait légèrement sous le contact qu'il ne trouvait pas très agréable du liquide trop frais. Mais le feu qui ronflait à l'intérieur de son ventre rétablissait l'équilibre et lui permettait de profitait de cette douce baignade sans risquer l'hypothermie. Utilisant ses pattes pour se propulser et sa queue tel un gouvernail pour se diriger, à la façon de ses très lointain cousins, les crocodiliens, elle s'enfonçait de plus en plus dans les profondeurs sombres du lac et y évoluait sans rencontrer le moindre obstacle, la moindre résistance assez puissante pour repousser un dragon. De temps en temps, un petit poisson, noir, rouge, vert, bleu, ou même parfois de plusieurs couleurs différentes, avait l'imprudence de s'approcher d'elle d'un peu trop près, se demandant sans doute quel était ce drôle de monstre qui n'avait il semblait rien à voir avec leur monde humide de silence et qui pourtant nageait sans difficulté sur leur territoire... la chasseuse pourpre en profitait à chaque fois pour se remplir petit à petit la pense, même si ce n'était pour elle que des amuses-bouches en attendant le festin des restes de sa chasse matinale qu'elle allait se faire en rentrant à son nid, et l'animal marin n'avait jamais ni le temps d'avoir sa réponse, ni même le temps de comprendre qu'il était mort, alors qu'il disparaissait dans un sec et vif claquement de mâchoires. Trois petites bulles s'échappèrent de ses naseaux refermés par une membrane de peau naturelle, qui était censée la protéger contre l'eau qui s'infiltrait à l'intérieur de ses voies respiratoires. Elle comprit rapidement que c'était le signe, avec le petit picotement qu'elle avait au ventre, que ça y était, elle commençait un peu à manquer d'air et qu'il était temps de remonter. Elle déplia alors ses deux longues et larges ailes, membraneuses comme celles d'une chauve-souris, et battit puissamment comme elle l'aurait faite si elle s'était retrouvée dans les airs, ou si il s'était s'agit d'ailerons, remontant en chandelle à la même vitesse qu'une flèche d'elfe accompagnée par le vent, quittant les fonds marins que peu de personne avaient déjà réussis à visiter.
    La façon de jaillir ainsi du lac de la dragonne n'était pas sans rappeler quelques anciennes légendes qui planaient au dessus de ce pays mythique, parlant de monstres aquatiques légendaires qui guètent les voyageur égarés dans des lac tels que celui-ci, ne faisant dépasser des eaux que son longs coup écailleux et sa tête de reptile, tel un serpent géant. Lorsque cette infime partie d'elle-même se retrouva à l'air libre, alors que le reste son corps restait submergé et l'aidait à maintenir son visage hors de l'eau, semblant émerger d'une explosion de gerbes aquatiques, le premier reflex de la dragonne fut de faire survoler ses yeux, semblables à deux gros morceaux d'ambres posés là, d'un bout à l'autre de la rive qui l'entourait, à la recherche de l'entrée de sa grotte. Elle ne tarda pas à la repéré, creusé sur le flan d'une petite montagne, à sa droite. Avec une lenteur calculée, elle se mit à nager dans cette direction, créant autour d'elle de mini-vaguelette qui semblaient fuir le passage de la puissante chasseresse écarlate pour partir s'écraser contre les rochers ou disparaître vers le centre sombre du lac. Les quelques derniers rayons du couché de soleil vinrent frapper ses écailles, lui chauffant la nuque agréablement et faisant naître autour d'elle une lumière sanguine et différents effets d'optiques. La lumière n'était pas vraiment très forte, mais pour tout dire, elle s'en fichait, parce que même s'il avait fait nuit noire, son regard aux pupilles verticales, tel celles des chats, était capable de percer les ténèbres, et elle serait capable d'y voir comme en plein jour alors que d'autres créatures n'y verraient pas plus loin que le bout de leur museau. Lorsqu'elle arriva enfin près du rebord juste en face de son nid, elle sortie alors la partie supérieur de son corps, et s'installa sur le sol rocheux, les pattes-avants croisées, et celle de derrières ainsi que sa queue continuant à faire des aller-retour sous l'eau, gigotant librement au grès des courant. Elle s'ébroua un grand coup, faisant voler de nombreuse gouttelettes autour d'elle, avant de poser son menton sur ses pattes... puis finalement Rexia resta ainsi, dans cette position, à observer l'horizon où un demi-cercle de feu jaune continuait petit à petit à baisser. Admirant le magnifique spectacle que lui offrait le couché du soleil, la dragonne pénétra rapidement dans un état de demi-sommeil... elle ne dormait pas vraiment, mais le regards perdu ainsi dans le vague, elle laissa son esprit vagabonder hors de son corps, et voyager à travers le pays de ses souvenirs, de ses rêves, de son imagination...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athaundir
Admin
Admin
avatar

Messages : 1653
Date d'inscription : 02/07/2010
Localisation : Quelque part dans Hïzikan O.o

Feuille de personnage
Race :: Elfe blanc
Nombre moyen de lignes: 10-25 lignes
Âge du perso :: Près de 90 (en apparence 14-15)

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant...    Dim 19 Déc - 18:28

Suite à son expédition dans le territoire des elfes, Athaundir s'était accordé un moment de répit. Son périple avait été éprouvant et il devait prendre du repos. Pour pouvoir être dans la tranquillité, il s'était dirigé vers le Lac Des Mystères près de lequel il s'était aménagé un abri de luxe. Quelques minuscules flocons tombaient autour de lui tandis qu'il marchait, perçant les oppressants nuages grisâtres qui parsemaient le ciel. Le prince des elfes aimait bien l'hiver. Une fine poudre blanche couvrait le sol durant cette saison, et il faisait une fraîcheur agréable. On se réunissait devant l'âtre des cheminées, dans laquelle brûlait une petite flamme dont la lueur dansait tout autour d'elle.

Cette journée-là, il ne faisait pas trop froid. Le fils d'Azmir avait enfin atteint le point d'eau mystique, au centre de la Forêt Sans Sens. Les rives du lac étaient inoccupées. L'elfe était seul. L'onde n'était pas encore gelée, mais il ne se risquerait pas à y plonger ne serait-ce que le bout de son orteil. Emmitouflé dans un vêtement chaud, le jeune homme aux oreilles pointues s'installa sur le sable doux de la berge et s'y étala de ton son long, fermant les paupières. Il somnola ainsi durant quelques minutes. Cet endroit était paisible, parfait pour quelqu'un voulant se séparer du reste du monde. Le Sinopléen s'était presque assoupi lorsqu'un son d'éclaboussure se fit entendre. Croyant être plongé dans ses songes, Athaundir l'ignora et continua à se détendre. L'écho se fit entendre de nouveau. Irrité de se faire déranger, le garçon se dressa sur son séant. Tout était calme autour de lui.

Il se leva sans se presser et se mit à marcher autour sur la berge du lac. Des imminences rocheuses se dressaient autour du point d'eau. Le prince aperçut une grotte creusée dans la paroi de l'une d'elle. Elle était assez grande pour qu'il pût y pénétrer debout. Le fond de la cavité était plongé dans l'obscurité. Qui aurait pu imaginer ce qui s'y réfugiait?

L'elfe se mit lentement à avancer vers la caverne. Il portait en tout temps sont glaive en bandoulière. Il pouvait être attaqué n'importe quand, que ce soit par une horde d'elfes noirs ténébreux ou des démons venus des Terres de la Mort, ou encore par de quelconques vimières qui auraient survécu à leur extermination. Un tintement métallique se répercutait tout autour de lui à chaque fois qu'il marchait, son arme rebondissant dans son dos. Qu'avait Athaundir à craindre? Il était seul de toute façon.

Il posa le pied dans le trou formé dans l'amas rocheux. Les stalactites et stalagmites formaient d'immenses colonnes au travers de la grotte. Le Sinopléen avança lentement dans la cavité, ne voulant pas basculer dans un quelconque interstice dissimulée derrière une pierre et y croupir pour le restant de ses jours. Enfin, il en atteignit le fond. À cet endroit, les pierres avaient une étrange teinte rouge. Curieux, le prince posa la main sur la paroi cramoisie. À son grand étonnement, la roche bougea!

Son étonnement d'avoir trouvé un minéral aux caractéristiques si étranges passa à l'effroi : un colossal dragon à l'air menaçant se dressait devant lui! Il n'avait non pas posé la main sur de la pierre, mais bien sur les écailles de la bête! Le jeune homme pouvait sentir son souffle chaud sur sa figure.

Il fut tout d'abord apeuré, mais songeant que le reptile pourrait bien sortir de sa cachette et se diriger vers Sinople pour en terroriser les habitants, il dégaina son épée, bravant la créature.
Ses mains étaient moites et il tremblait. Le fils d'Azmir espérait que la dragonne n'ait pas senti sa peur.

­­­­­­­­­­­­­­­­¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Crédit kit : Nagalia


Dernière édition par Athaundir le Dim 19 Déc - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hizikan.superforum.fr
Rexia

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/12/2010
Age : 27
Localisation : Là où me le vent guide mes ailes.

Feuille de personnage
Race :: Dragonne européenne rouge.
Nombre moyen de lignes:
Âge du perso :: 250 printemps.

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant...    Dim 19 Déc - 22:55

    Combien de temps la jeune dragonne aux écailles de rubis avait-elle bien pu passer dans cette position, à demi-couchée, demi-flottante, les yeux à demi-fermés perdus dans le vague, son corps bien présent dans le monde terrestre, mais son esprit loin, très loin de ce que les gents appelaient la réalité ? Peut être que ce ne fut que dix minutes, peut être que ce fut plus d'une heure... elle l'ignorait complètement. Lorsqu'on vagabonde dans les prairies de ses rêves, le temps continue à couler, mais ne semble pas nous garder en son pouvoir. Et alors que les souvenirs que Rexia revoyait défiler devant ses yeux, des souvenirs de son enfance, de ses jeux avec ses frères et sa soeur, de l'amour que ses parents lui portaient, sa respiration roque se changea en un ronflement, et ces souvenirs se changèrent finalement en véritables rêves, alors qu'elle finissait par sombrer dans un sommeil léger. Lors d'une inspiration un peu plus forte et bruyante que les autres, quelque-chose de petit, de froid et de mouiller pénétrait dans son naseau. Cela la réveilla en sursaut alors que le contacte avec cette chose gelée la fit éternuer bruyamment. Elle regarda autour d'elle : la nuit avait finalement complètement recouverte son territoire, et ce qui l'avait réveillé, c'était un flocon. Il était vrai que la saison froide avait faite son apparition depuis déjà plusieurs jours... et aparrament, pendant qu'elle s'était faite son petit somme, les nuages avaient envahi le ciel qui pourtant était encore si étoilé pendant qu'elle se baignait. Il neigeait, une légère poudreuse, mais qui tenait, et qui avait déjà imposée son manteau sur la plage de pierre tout autour d'elle, jusqu'à l'entrée de sa caverne.
    La chasseuse pourpre, bien qu'elle ait encore l'esprit embrumé par son réveil un peu brutal, se leva et finit de se sortir complètement de l'eau. Ses pattes arrières étaient pleines de fourmis à cause du froid et de l'inactivité, mais elle fit comme si de rien n'était et se secoua pour la deuxième fois de la soirée pour dégager ses écailles des gouttelettes du lac qui s'y étaient accrochées. Puis, au ralentie, elle se dirigea vers l'entrée de son nid. Ses imposantes pattes formées de grands trous dans la neige sur son passage, trous qui se trouvaient rapidement bouchés par la chute. Bien qu'elle trouvait que c'était une jolie saison, Rexia n'aimait pas beaucoup l'Hiver. Le froid qui y régnait engourdissait ses sens et la rendait somnolente, et durant de long mois, ses reflex allaient êtres bien amoindris. Il ne fallait pas s'en étonné : elle avait le sang froid, comme tout les reptiles, et avait besoin d'un peu de chaleur pour se maintenir complètement éveillée. Hélas, la situation de sa race, chassée et exterminée par la plupart des autres espèces, car ils avaient peurs d'eux, ne lui permettait pas d'hiberner, sinon elle serait trop exposée à une attaque en traître. En plus, durant la période de froid, les proies se faisait plus rare sur son territoire de chasse... heureusement que le feu des dragons était bien présent en elle, il lui permettait de ne pas tombée endormie, emportée par le temps trop rude.
    La femelle arriva enfin chez elle. Se retrouver au sec, à l'abri de la chute de neige, au milieu de sa caverne chaleureuse, faite de stalagmites et de stalactites qui s’entremêlaient et qui étaient encore un peu chaude à force d'avoir était touché par les rayons du soleil toute la journée, lui arracha un grognement de plaisir. On était jamais mieux que chez-sois. C'était vrai, même pour une créature sauvage comme elle. La dragonne arriva rapidement au fond de sa caverne, où son confortable nid l'attendait, un nid fait de roche fondue qu'elle avait pétrie à coups de feu, de griffes et de queue au fil des années. Devant celui-ci l'attendait les restes encore sanguilonants de trois grosses biches et d'un cerf qu'elle avait attrapée et en partie dévorée le matin-même... mais finalement, elle dédaigna le soupé, trop fatiguée pour songer à mastiquer. Elle ferait en sorte de mieux manger demain. Elle se coucha en boule au centre de son nid, se trouva la position la plus confortable possible, et commença à se laisser à nouveau ensevelir par des rêves. A l'extérieur, le bruit de la neige faisait une légère mélodie qui la bercée. Il y avait même le ploc, ploc, ploc des gouttelettes qui provenait des stalactites en train de se formaient par la glace... mais quelque-chose la dérangée dans ce ploc, ploc, ploc... le bruit lui semblait régulier, trop régulier. Il y avait également un autre bruis, encore plus dérangeant, qu'elle n'avait que très rarement eue l'occasion d'entendre, celui du métal cognant contre le métal. Avant qu'elle n'eut le temps de se décider si elle rêvait ou non, Rexia se propulsa sur ses pattes, alors qu'une main se posait contre les écailles de son dot. Elle se sentit alors complètement réveillée, alors qu'elle faisait face à l’intrus qui avait osé pénétrer dans sa grotte. C'était un deux-pattes avec des oreilles pointus, un elfe, aux longs cheveux qui cachaient ses yeux. La dragonne hérissa les écailles de sa nuque et montra les crocs... le bipède, lui, sortit la courte épée qu'il portait au fourreau, ce qui fit grogner la créature. Il semblait vouloir se battre. Mais Rexia doutait qu'il ait déjà eu à affronter un dragon...
    En effet, la jeune dragonne avait déjà dû se battre contre ceux qui aimaient se faire appeler des "Tueurs de dragons", ces types qui faisaient de leurs meurtres, de la destruction de leurs nids, de briser leurs oeufs, leur travail, qui se faisaient payer pour cela... elle en avait tuée quelques-uns, avait dû fuir devant d'autre... mais le bipède qui lui faisait face, elle en était presque sûr, était différent : lui, ce n'était pas un tueur de dragon. Il se tenait trop droit, trop dignement, il ressemblait plus à un prince. Il l'attaquait avec un simple glaive, alors que généralement, ces assassins privilégiaient les hallebardes, les haches, les masses,... bref, les armes lourde, ou encore se contentaient de tendre des pièges et d'attendre lâchement que le dragon tombe dedans. Et pour finir, ce deux-pattes avait peur... même s'il cherchait à le cacher, Rexia voyait bien que ses mains tremblaient, et l'odeur de la peur lui assayait les naseaux. La femelle pensa alors que plutôt qu'un tueur qui avait décidé de se faire un gros paquet de frique avec une carcasse bien cirée de dragonne rouge, cette elfe devait être un voyageur qui était tombé chez-elle par hasard... ce ne fut pas pour autant qu'elle baissa sa garde et qu'elle cessa de menacer. Ce bipède brandissait son arme vers elle, il était donc un ennemi !


    -Eh bien, vas-y ! Lança-t-elle de sa vois rocailleuse dragonnique, percée par le son cristallin qui la rendait féminine. Attaque-moi donc, elfe, que je puisse en finir avec toi et retournée à mon nid !

    La dragonne pourpre ne doutait pas de sa victoire, à la fois parce qu'elle se sentait déjà assez forte pour abattre des tueurs de dragons, alors ceux qui n'en été pas... mais aussi parce qu'elle était un peu jeune et vantarde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athaundir
Admin
Admin
avatar

Messages : 1653
Date d'inscription : 02/07/2010
Localisation : Quelque part dans Hïzikan O.o

Feuille de personnage
Race :: Elfe blanc
Nombre moyen de lignes: 10-25 lignes
Âge du perso :: Près de 90 (en apparence 14-15)

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant...    Mar 21 Déc - 20:58

Athaundir avait déjà été confronté à un dragon, mais il était accompagné d'une troupe composée de dizaines de soldats aguerris. À son grand soulagement, le reptile cessa de montrer ses crocs. Le prince baissa lui aussi un peu son arme. Il restait cependant sur ses gardes La bête avait certainement décelé sa peur. À sa stupéfaction, la créature cracheuse de feu se mit à parler! Ce qui étonna le plus le garçon aux oreilles pointues, c'est qu'elle avait une voix féminine. Il n'était non pas face à un dragon, mais bien une dragonne! Au moins, les femelles étaient moins agressives que les mâles... sauf si on s'en prenait à leurs rejetons.

La puissante mais cristalline voix de l'animal écailleux se fit entendre en écho dans toute la caverne:


-Eh bien, vas-y !Attaque-moi donc, elfe, que je puisse en finir avec toi et retourner à mon nid !

Le Sinopléen commençait à avoir les jambes flageolantes. Ainsi, il ne sortirait certainement pas indemne du nid de la dragonne. La main toujours crispée sur la pomme de son épée qu'il ne brandissait cependant plus de façon offensive, il bredouilla :


-Je... je connais votre réputation à vous, reptiles. Même si vous... vous m'attaqueriez, je saurais me défendre. Je connais de puissants sortilèges qui pourraient vous mettre hors d'état de nuire en peu de temps...

Il parlait maintenant d'une voix plus empreinte d'assurance, mais en fait, il était toujours assez nerveux. Il poursuivit :

-Vous croyez toujours être en mesure de vous confronter à moi? Je suis le prince des elfes, pour votre information, dragonne. Si vous osiez m'éliminer, mon père Azmir aurait tôt fait d'envoyer une troupe de chasseurs de créatures de votre espèce à vos trousses.

Il y avait un contraste fulgurant entre la détresse qu'il avait éprouvé en découvrant que ce repère n'était pas une modeste grotte et la fougue qui l'animait maintenant. Pour aider le tout, sa lame se mit à briller d'une étrange lueur, qui devait certainement effrayer la bête pourpre. Ses pouvoirs commençaient à fluctuer en lui. Car oui, le jeune guerrier de l'Armée Divine était un mage confirmé. Au début de son éducation, il avait appris les rudiment de la magie, mais il avait bien vite trouvé un intérêt pour cet art si particulier. Fouillant dans de nombreux manuscrits anciens qu'il avait déniché dans la vaste bibliothèque du castel de son père, il avait acquis une connaissance de sortilèges qui pourraient faire trembler un démon. Plusieurs de ces incantations étaient longues et compliquées, mais Athaundir s'était entêté à les apprendre toutes sans exception. Lorsqu'il était entré dans la confrérie du général Damian, tous les membres de la troupe avaient été étonnés de sa puissance. Le savoir qu'il possédait lui avait était utile de nombreuses fois: par exemple lorsqu'il avait été confronté à des vimères, il avait su contrer leur venin.

L'elfe jeta un regard de défi à la dragonne. Il avait maintenant confiance en ses capacités.


[HRP: Désolé d'être si méchant avec toi... Razz ]

­­­­­­­­­­­­­­­­¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Crédit kit : Nagalia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hizikan.superforum.fr
Rexia

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/12/2010
Age : 27
Localisation : Là où me le vent guide mes ailes.

Feuille de personnage
Race :: Dragonne européenne rouge.
Nombre moyen de lignes:
Âge du perso :: 250 printemps.

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant...    Sam 25 Déc - 7:55

[Pas grave, j'ai l'habitude qu'on me prenne pour un monstre ^^']

    Lorsque Rexia cessa de grogner, l'elfe abaissa légèrement son arme, apparemment un peu soulager de la voir moins menaçante... pour se remettre sur la défensive en entendant la menace que lui lança la dragonne, et qu'elle était d'ailleurs prête à mètre à exécution. De l’étonnement se peignit sur son visage lorsqu'il entendit la voie de la grande créature... elle laissa échapper un nouveau grognement, mais cette fois c'était un grognement d'exaspération, en levant ses yeux d'ambres vers le plafond de sa grotte. Pourquoi les bipèdes faisaient-ils toujours cette tête-là lorsqu'ils l'entendaient parler ? Bon sang, ils la prenaient vraiment pour un animal ? Ce n'était pas parce qu'elle était un reptile géant qu'elle était un lézard du désert !
    De son coté, le deux-pattes n'en menait toujours pas large, surtout après qu'elle lui ait parlée. Ses jambes commençaient à trembler... tant mieux pour elle, tant pis pour lui. Il aurait plus de mal à se déplacer. Mais ce n'était pas pour ça qu'il abandonna, et courageusement, il lui répondit d'un ton un bredouillant, mais déterminé, qu'il connaissait la réputation des lézards géants cracheurs de feu comme elle, et que même si il l'attaquer, il pourrait se défendre à l'aide de puissants sortilèges qui pourraient la mètre hors d'état de nuire en un rien de temps. Cette elfe était donc magicien ? Mais bien sûr qu'il l'était, elle se sentit un peu idiote de s'être posée la question. Tous les elfes étaient magiciens, elle le savait bien. Et cette révélation l’inquiéta un peu... mais en faite, pas tant que ça. Les dragons, ou du moins ceux comme elle, trop jeune pour ça, ne connaissaient pas la magie, et n'avait pas l'habitude de la combattre, mais ils étaient équipés d'une armure d'écailles qui les aidés à résister à certains sorts. Bien sûr, un magicien assez puissant pouvait facilement la tuer, mais encore fallait-il que son adversaire le soit vraiment, que ce ne soit pas du bluff pour sauver sa peau de mammifère.
    D'une voie bien plus assurée, mais toujours empreinte à la peur de la menace qui pesait sur lui, l'elfe ajouta qu'il était le prince de sa race... tien, Rexia avait vue juste au niveau de sa posture... et que si elle osait l'éliminer, son géniteur ne tarderait pas à envoyer des chasseurs de dragons à ses trousses. Juste après qu'il ait dit cette phrase, la lame de son épée se mit à briller d'une lueur étrange, spectrale, mais d'une telle intensité... enfin, du moins au regard de la chasseuse pourpre... qu'elle dût reculer d'un pas, les yeux douloureux. La dragonne commençait à se dire que ce combat risquait de s'annoncer plus rude que prévu... mais même si la peur commençait un peu à lui ronger les entrailles, elle se refusa à le montrer, à se laisser désespérer, et encore moins à fuir... elle faisait partie de la race des dragons, et de ce fait, elle était entêtée, et même devant une mort certaine, elle se battrait jusqu'au bout !
    Le bipède eut un regard de défi envers la dragonne, auquel celle-ci répondit avec un regard noir de colère avant de répondre d'un ton sarcastique...


    -Oh, tu es un prince, c'est ça ? Franchement, les écailles m'en tombe, ton altesse... elle insista bien sur l'"altesse"... sache que pour moi, ça ne change rien que tu sois de sang royal, tu n'es qu'un briseur d'oeufs, comme tous les deux-pattes ! Briseur d'oeufs pouvait sembler ridicule, comme terme, mais c'était une insulte très grave pour les dragons. Sache simplement une chose, elfe : je ne veux pas te tuer, comme tu sembles le croire, ta vie m'importe peu. Mais je sais très bien comment les choses vont se passer : si je te tus, ton père, s'il finit par savoir comment tu es mort, tentera de me faire tuer. Si je te laisse partir, il ne prendra pas longtemps avant que la rumeur ne se mette à circuler qu'un dragon s'est installer près du lac des Mystères, et alors là je suis sûr de voir radiner tous les tueurs de dragons de la région qui voudrons se faire une fortune en faisant des boucliers avec mes écailles, des dagues avec mes crocs, en vendant des os et mon sang aux magiciens, et je ne sais pas encore quelles autres conneries... ! Elle leva haut le museau et poussa un hurlement de rage, faisant trembler sa caverne, puis posa la question autant pour son adversaire que pour elle-même : pourquoi les bipèdes en quête d'une gloire et d'une richesse éphémère s'en prennent toujours aux dragons !?

    Et enfin, sans crier gare, sans le moindre signe avant-coureur, elle fit un majestueux tour rapide sur elle-même, tentant de faucher le prince elfe avec sa queue. Si elle réussissait, elle contait se jeter sur lui et le plaquer au sol avec sa patte...


{Désolé si ça fait un peu court, mais je ne préfère pas aller plus loin au risque de contrôler ton personnage, à toi de choisir comment finit cette attaque Wink }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athaundir
Admin
Admin
avatar

Messages : 1653
Date d'inscription : 02/07/2010
Localisation : Quelque part dans Hïzikan O.o

Feuille de personnage
Race :: Elfe blanc
Nombre moyen de lignes: 10-25 lignes
Âge du perso :: Près de 90 (en apparence 14-15)

MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant...    Lun 27 Déc - 16:04

La dragonne lui jeta un regard noir. Athaundir comprit que le reptile n'avait pas peur de lui. Il serra les dents. La bête déclara :

-Oh, tu es un prince, c'est ça ? Franchement, les écailles m'en tombe, ton altesse... sache que pour moi, ça ne change rien que tu sois de sang royal, tu n'es qu'un briseur d'oeufs, comme tous les deux-pattes ! Sache simplement une chose, elfe : je ne veux pas te tuer, comme tu sembles le croire, ta vie m'importe peu. Mais je sais très bien comment les choses vont se passer : si je te tus, ton père, s'il finit par savoir comment tu es mort, tentera de me faire tuer. Si je te laisse partir, il ne prendra pas longtemps avant que la rumeur ne se mette à circuler qu'un dragon s'est installer près du lac des Mystères, et alors là je suis sûr de voir radiner tous les tueurs de dragons de la région qui voudrons se faire une fortune en faisant des boucliers avec mes écailles, des dagues avec mes crocs, en vendant des os et mon sang aux magiciens, et je ne sais pas encore quelles autres conneries... !

Elle leva la tête et poussa un hurlement strident. Le prince des elfes dut plaquer ses mains contre ses oreilles tellement le son était puissant.

-Pourquoi les bipèdes en quête d'une gloire et d'une richesse éphémère s'en prennent toujours aux dragons !?

Pourquoi? Il n'en avait pas la moindre idée. Mais dans le monologue de la créature écailleuse, il avait crut comprendre qu'elle ne désirait pas lui faire de mal s'il en faisait tout autant. Le Sinopléen ne songea même pas à ramasser son glaive qui était tombé au sol lorsque la dragonne avait poussé son cri. Il dit plutôt :

-J'ai une offre à te faire. Tu me laisses quitter cet endroit - ton «nid», à ce que je vois - sans me faire de mal et je ne dirai rien à personne à ton sujet. Cependant, je doute fort que ton existence demeurera longtemps secrète, car de nombreuses personnes adorent visiter les immenses grottes qui s'enfoncent dans les montagnes autour du lac, et des chasseurs d'animaux de ton espèce pourraient bien partir à tes trousses.

Athaundir ajouta :

-À moins que tu n'aies un autre idée...

­­­­­­­­­­­­­­­­¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Crédit kit : Nagalia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hizikan.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baignade sous le Couchant...    

Revenir en haut Aller en bas
 
Baignade sous le Couchant...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Baignade sous le froid
» Baignade sous le soleil de midi [Libre]
» La baignade sous la pluie, ça mouille! [PV]
» baignade au soleil couchant (Sasha Danvers)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hïzikan :: Forêt Sans Sens :: Lac des Mystères-
Sauter vers: